lunes, 3 de diciembre de 2012

Le petit prince et le renard



Si tu veux jouer avec moi
il va falloir m'apprivoiser
Et créer des liens pas à pas
Pour commencer à s'attacher
Sinon tu n'es encore pour moi
Qu'un petit garçon comme les autres
Pour toi qui ne me connais pas
Je ne suis qu'un renard parmi d'autres
Apprivoise-moi je t'en prie
Si tu as besoin d'un ami
Et jusqu'à ma dernière seconde
Tu resteras unique au monde
Mais si tu sais m'apprivoiser
Ma vie sera ensoleillée
Je connaîtrai ton bruit de pas
Qui m'appellera hors du terrier
Et la blondeur des champs de blé
Me fera souvenir de toi
Enfin j'aimerai le bruit du vent
Qui viendra souffler dans ces champs
Apprivoise-moi je t'en prie
Si tu as besoin d'un ami
Et jusqu'à ma dernière seconde
Tu resteras unique au monde
On ne peut connaître vraiment
Que les choses que l'on apprivoise
Mais les hommes n'ont plus de temps
De s'attarder quand ils se croisent
Ils achètent des choses toutes faites
Mais il n'y a pas de marchands d'amis
Qui vendent de l'amitié toute prête
Alors les hommes n'ont plus d'amis
Apprivoise-moi je t'en prie
Si tu as besoin d'un ami
Et jusqu'à ma dernière seconde
Tu resteras unique au monde
Il nous faudra des rendez-vous
Pour pouvoir s'habiller le coeur
Et tous ces moments entre nous
M'apprendront le prix du bonheur

Antoine de Saint-Exupéry

“What is essential is invisible to the eye.”